Mercredi 26-09-2018
 
 
 
Les Astiers
43270 - ALLEGRE
 04 71 00 79 64
 06 73 53 07 57
 
 EN DIRECT..
18 Articles          
 
 Préserver l'environnement.

L’achat direct au producteur local, fermier ou artisan, évite qu’au juste prix des produits s’ajoutent ceux de transports éloignés et de la pollution qui les accompagne.

L’achat de proximité signifie moins de km parcourus ; moins de stress pour les animaux et donc une meilleure qualité ; des prix plus sages et même plus bas que les circuits longs dits « à bas prix » ; moins d’emballage.

Est-il bien raisonnable de faire venir des pommes du Chili, du bœuf du Brésil ou du mouton de Nouvelle-Zélande ?

Est-ce bien sérieux que des porcs industriels produits en France, aillent à l’autre bout de l’Europe pour être abattus, reviennent pour être vendus chez nous étiquetés Viande Française ?

Sans oublier le plaisir de manger local et naturel en connaissant le producteur, naturel.

 
 Solidarité avec le monde agricole.

L’achat direct à la ferme supprime les intermédiaires coûteux et rémunère le Paysan de façon légitime et correcte.

Des publicités vantent « le commerce équitable » : l’importateur s’engage à rémunérer équitablement le Paysan Africain ou Péruvien. Il le faut et c’est bien.

De trop rares informations alertent l’opinion publique sur la rémunération insuffisante, voire nulle ou déficitaire, du lait et de maints autres produits des fermes de notre propre pays ? Cela commence à se savoir, mais encore peu et lentement.

 
  Grâce à l'achat direct au producteur.

La vente directe est un acte local et direct entre le producteur et le consommateur.

C’est le circuit le plus court qu’on puisse imaginer, surtout si, comme dans notre cas, le producteur découpe et transforme lui-même.

L’acheteur paie raisonnablement la qualité, le goût et la fraîcheur, et fait un geste solidaire pour la Planète et pour le producteur fermier ou artisan.

Le Paysan voit son travail apprécié et correctement rémunéré.

L’achat direct à la ferme est un de ces trop rares échanges gagnant-gagnant.

 
  Consom'acteurs.

Consom’acteur est un mot biscornu mais qui nous plaît. Les consom’acteurs sont des consommateurs actifs dans le choix de ce qu’ils achètent. Ils se sentent concernés par les réalités de la santé, de la nature, de la probité. Comme nous, ils sont révoltés par ce qui se passe dans l’agroalimentaire industriel.

De plus en plus d’émissions de radio et de télé nous informent. Encore faut-il les écouter et plus encore faire l’effort de s’informer. Les consom’acteurs aiment s’informer, visiter, se rendre compte sur place. Nul doute qu’ils soient du nombre des personnes qui chaque été viennent les mardis à 18h visiter notre bergerie et goûter nos viandes de bœuf Aubrac et d’Agneau Noir du Velay, et à nos spécialités de La Neira.

Lors de ces visites Stéphane explique le fonctionnement d’un gaec. Il raconte notre façon de travailler, nos prairies, nos élevages, nos produits de la ferme.

Les consom’acteurs sont sensibles à ce qui touche leur bien-être, la santé de leurs enfants, la qualité de vie. Cette compréhension de notre travail les conduit à être lucidement solidaires de l’ensemble de la filière composée par les petits producteurs respectueux.

C’est une démarche active qui nous plaît !

 
  Agriculture Respectueuse ou Bio ?

Quand le Bio est intègre et de qualité, nous y sommes favorables !

Mais de plus en plus d’informations négatives entachent le Bio qui tend à devenir une marque récupérée par l’industrie. Produits mélangés bio et industriel ; absence de qualité, voire qualité inférieure au standard du marché. S’il est bien appliqué, le Bio est une façon de faire sans « produits chimiques », mais rien dans les obligations du Bio n’implique une qualité de haut niveau.

Une analyse récente faite sur trois saumons fumés, un saumon d’élevage industriel, un saumon d’élevage artisanal et un saumon bio a montré que celui qui contenait le plus de traces de pollution et produits illicites était le bio...

Nous qualifions volontiers notre façon de faire de  Respectueuse. Nous dirions aussi « Raisonnée', mais il n'est pas certain que sous ce mot tous mettent les mêmes notions. Il arrive que se cachent sous cette appellation à priori sympa, des éleveurs ou cultivateurs recourant à des méthodes peu... raisonnables.

Alors ? Fidèles aux traditions locales, nous pratiquons un élevage et une agriculture respectueux du sol, de la nature et des paysages. Respectueux de ce qui fait le goût, la sélection, les soins naturels, une ambiance évitant tout mauvais stress aux bêtes.

Respectueux, est une bonne définition de notre état d'esprit et de notre travail.
Le Gaec de Combe d’Azou pratique un élevage extensif, en prairies naturelles tant que la météo le permet, et presque toute l’année pour les Aubrac. Nous respectons les rythmes de croissance de chaque race.

Il n’est pas de coutume chez nous, de recourir aux engrais chimiques. Nous utilisons les effluents naturels des animaux de la ferme pour équilibrer les sols. Les effluents naturels de nos élevages sont compostés. En les retournant deux fois, les mauvaises herbes sont détruites, ce qui évite le recours aux engrais chimiques. Le compost ainsi réalisé est bactériologiquement neutre et peut même être épandu à proximité de l'eau. Nous veillons ainsi à la qualité de La Borne qui traverse nos terres. Nous l’aimons et la respectons trop pour lui nuire.

De même pour la façon de conserver à nos foins la diversité de leur flore naturelle, tant graminées que légumineuses. Les engrais chimiques acides détruisent les légumineuses et l'aliment est déséquilibré. Grace à ces soins, nous limitons l'usage des compléments à leur minimum et nos sols sont mieux équilibrés. Comme nous l’ont montré nos Anciens.
Malgré les inconvénients d’exploitation.

En effet des méthodes industrielles promettent des rendements éblouissants, au prix de la destruction du milieu naturel, de sa biodiversité, du goût. C’est contraire à nos convictions, et les observations actuelles montrent que nos Anciens avaient raison.

Vaï davant !

 

 

   1  2  3  4   

separation